C comme Consigne

Comme il faut bien choisir une solution parmi toutes celles commençant par C, aujourd’hui nous ferons un zoom sur la consigne en Bretagne. Et nous reviendrons à une autre occasion sur le compost, tout aussi indispensable pour réduire le volume de sa poubelle.

La consigne, pourvu qu’elle revienne… De plus en plus d’initiatives (re)naissent en France. En Bretagne, on compte sur Distro (retour en breton) pour la remettre à l’ordre du jour, par la création d’une filière de réemploi des bouteilles en verre, comme Bout’ à Bout’ le propose en Pays de la Loire. Une coopérative qui assurera le lavage, la logistique et la distribution des bouteilles est en cours de création. Des réunions collectives pour la formation de cette coopérative auront lieu en décembre (dont le 07/12 à Plabennec, futurs partenaires ou sociétaires, n’hésitez pas à contacter Distro). A suivre de très près donc !

D’autres professionnels se lancent pour proposer des solution à destinations des citoyen·nes, restaurateur·trices, collectivités territoriales, etc.. Pour les fédérer au niveau national, le réseau consigne facilite le partage d’expérience et propose des formations aux porteurs de projets. Les prochaines rencontres techniques pour tous les acteurs auront lieu pendant la Semaine Européenne de Réduction des Déchets (SERD). Et à l’échelle du Finistère nord-ouest, le G4DEC, portail de l’économie circulaire, encourage aussi les projets de réemploi par l’organisation de rencontres entre acteurs de la consigne.

En attendant qu’un système de grande envergure se mette en place dans le Nord Finistère, des propositions de réemploi des bocaux à l’échelle du commerçant ou du producteur font leur apparition progressivement. En voici quelques exemples :

Plusieurs producteurs de jus de pommes et de cidre réemploient déjà leurs bouteilles. Le système de consigne est souvent affiché dans les rayons des coop bios. Sinon, n’hésitez pas à demander à votre commerçant si son producteur les reprend (avec ou sans compensation financière). Ce sera toujours moins d’énergie dépensée pour refabriquer de nouvelles bouteilles ! Le producteur des confitures Hogaan récupère aussi les pots, par exemple au marché bio de Kérinou ou à la biocoop de Landerneau. Les commerçants spécialisés dans le vrac proposent de plus en plus de produits en bocaux consignés.

Des drives zéro déchet s’installent dans le 29, comme les bocaux d’Ana à Brest, La Spatule Blanche à Quimper. Et début 2022, Les rapporteurs s’installeront à proximité de Brest et de Morlaix ! Il s’agit de commerces click and collect avec vente de produits conditionnés en bocaux consignés.

Et les traiteurs ? Le food-truck L’esperluette qui sillonne le sud Finistère en été les alentours de Brest le reste de l’année propose un modèle de consigne des bocaux qui fonctionne bien ! Du local dans le bocal à Tréflez aussi, et travaille avec le Frigo Nu pour proposer des repas dans des bocaux réutilisables aux salariés des entreprises partenaires. Après Rennes, En Boite le Plat pourrait prochainement débarquer dans le Pays des Abers, on a hâte !

Sans oublier les cosmétiques qui se vendent de plus en flacons réutilisés, à l’image des produits Endro.

 

La plupart de ces contacts sont à retrouver sur notre annuaire des commerçants zéro déchet et d’autres solutions sur la carte des solutions zéro déchet (rubrique produits consignés).

Tenez-nous au courant des acteurs de la consigne qui se développent dans la région, nous tiendrons cette page à jour !

 

(Crédit photo pour l’image de haut de page : Zéro Waste France)

B comme Bee-Wrap

Beaucoup se demandent comment réduire l’usage du plastique dans la cuisine. Parmi les solutions pour remplacer du film plastique ou du papier aluminium dans la cuisine : le Bee-Wrap (cirophane en français). Cet emballage alimentaire est fabriqué à partir de tissus et de cire d’abeille. Certains le préparent dans leur four. D’autres utilisent tout simplement un fer à repasser et un papier cuisson pour le fabriquer comme dans notre tutoriel en image. Vous y découvrirez comment cet emballage est idéal pour recouvrir un bol dans le réfrigérateur, pour envelopper un goûter, un sandwich, ou pour offrir des fleurs !

Pour le B-A BA du ZD on aurait aussi pu mettre en avant les bocaux, idéaux pour stocker à l’abri de la chaleur et de l’humidité les céréales ou autres conserves. La vie d’un bocal peut être très longue. Les vieux Le Parfait récupérés dans un vide grenier peuvent entamer une seconde jeunesse sans risque : le verre est un matériau inerte qui une fois lavé reste aussi pur qu’à sa fabrication. Et pour enlever les éventuelles traces de rouilles sur les cercles métalliques : une nuit dans dans une bassine d’eau où l’on a mélangé une cuillère d’acide citrique (que l’on peut se procurer dans de nombreux commerces au rayon produits ménager) et la rouille disparaît !

Sans oublier le bocal de Béa Johnson… Grace à ses conférences et best-seller, la française installée en Californie a essaimé sa méthode pour tenter de contenir tous les déchets d’une année dans un seul bocal. C’est un bel objectif qui nous rappelle que le zéro déchet absolu n’existe pas, on peut juste tendre vers une réduction des déchets ; sans oublier que les déchets que l’on voit à travers le bocal ne sont pas les seuls que l’on laisse derrière nous, la plupart de nos achats ont un sac à dos écologique.

Quelles sont vos autres suggestions de solutions commençant par B ?

 

 

 

A comme anti-gaspi

De anti gaspi à zéro déchet, 26 solutions pour réduire le volume de nos poubelles

A la fin des années 1990, les mouvements Zero Waste sont d’abord apparus dans les pays anglo-saxons. En anglais, le terme waste ne signifie pas seulement déchet mais aussi gaspillage. Et la première étape de la démarche zéro-déchet, c’est souvent de refuser les produits à usage unique (sacs en plastique, goodies offerts par les marques, etc) pour ne pas gaspiller les ressources.

 

En France, la loi Anti Gaspillage pour une économie circulaire (AGEC), s’applique depuis début 2021. En particulier, certains objets en plastique sont désormais interdits à la vente : pailles, couverts et assiettes jetables, confettis, couvercles de boissons, tiges pour ballons, boîtes à sandwichs en polystyrène expansé, touillettes et piques à steak en plastique. Pour en discuter avec ses commerçants, un mémo du rappel à la loi est proposé par Zero Waste France. L’association Surfrider propose aussi une application pour signaler les plastiques suspects dans les magasins.

 

D’autres solutions en A:

  • Autocollant Stop-Pub à coller sur sa boite aux lettres
  • Autopsie de poubelles à découvrir par exemple en vidéo, en livre sur le site de Laetitia Crnkovic, ou en direct sur les prochains stands Zéro Déchet Nord-Finistère !
  • Analyse du cycle de vie (ACV) d’un produit pour connaître son histoire, du berceau au berceau

Et vous quelles autres solutions en A proposez-vous ? Laissez-nous vos commentaires et suggestions !